Brésil, 29/01 – de Buzios à Piraquara, retour au bercail

Le trajet de la journée est ambitieux : Buzios – Rio de Janeiro – Sao Paulo – Curitiba – Piraquara – …plus de 1000km avec une voiture chargée !

Trajet de Buzios à Piraquara

Le temps n’est pas beau, la pluie menace sur la côte et Claude et Eliane nous proposent de faire le retour d’une traite plutôt que de s’arrêter comme prévu vers Paraty, entre Rio et Sao Paulo.

Nous chargeons donc la grosse valise supplémentaire qu’un ami a demandé de ramener de Buzios à Curitiba. En plus, c’est du matériel bien lourd : le coffre est à refaire, la lunette arrière est totalement masquée pour le conducteur, et la banquette arrière est encore moins moelleuse au passage des lombadas…

Nous quittons avec un peu de regret les anses multiples et magnifiques de Buzios pour retrouver l’autoroute.

une des anses de Buzios

Nous abordons Rio de Janeiro par le pont de 7km qui enjambe la baie de Guanabara de Niteroi à Rio de Janeiro. Une brume pas très engageante recouvre la capitale et ses environs.

Pont de Rio

Rio de Janeiro

Traverser Rio s’avère relativement fluide, malgré les travaux innombrables liés aux … jeux olympiques. Les favellas sont partout présentes, comme dans chaque ville importante ou presque.

Rio

favella

Nous filons ensuite vers Sao Paulo par l’autoroute BR116. La pluie tome de temps en temps. Les rivières sont boueuses, … il a beaucoup plu cet été !

BR116

A Guaratingueta, une église énorme se veut plus grande que le Vatican.

église de Guaratingueta

Nous évitons Sao Paulo par le « rodoanel », une immense boucle de contournement qui traverse des forêts de quaresmeiras en fleurs.

forêt de quaresmeira

Nous sortons de Sao Paulo et nous entrons dans la nuit… il est déjà tard, la fatigue commence à peser, mais Claude est imperturbable et les km se succèdent sur l’autoroute « R. Bittencourt » (la BR116), ponctués par de très nombreux péages. Nous subissons quand même une demi-heure de bouchon de gros camions pour passer un col avant Curitiba. L’autoroute se transforme en une route à 2 voies sur quelques km. Comme c’est la voie routière qui relie l’Argentine au Brésil, les camions sont très nombreux, et le bouchon est inéluctable.

Nous arrivons à Piraquara vers 2 heures du matin. Nous vidons le coffre. Une douche, et au lit !

  • Claude a conduit 8300 km entre son départ et son retour. Margot et moi avons participé à l’aventure sur 7000km.
  • La première partie de notre découverte du Brésil s’achève.

Rendez-vous demain pour la suite !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.